Accueil du site > Les BD > L’école Capucine

L’école Capucine

Série en 2 tomes

Public : Adulte et adolescent

samedi 29 septembre 2012, par Morgan

1 vote

Dans le petit village breton de Kerfilec, la vie suit gentiment son cours quand débarquent, par un beau jour de l’été 1852, Camille Desfhouets et Honoré, les “parisiens”. Il y a vingt ans qu’ils n’étaient pas revenus. Ce retour inattendu engendre un malaise dans chaque esprit de Kerfilec. Et particulièrement dans celui d’Hortense Malanges, la vieille directrice de l’école Capucine. Cette petite école bâtie sur l’île de Dourduff, juste en face de la falaise… Curieuse de comprendre les raisons de ce retour inattendu, Hortense utilise pour la toute première fois de sa vie, un étrange pouvoir temporel dont tout Kerfilec va bientôt être la victime…

JPG - 27.3 ko

Après vingt ans d’absence, Honoré Pencrec’h revient à à Kerfilec, en compagnie de son épouse, Camille Desfhouet, originaire elle aussi du même village. Ca jase sur leur passage, et tout le monde est d’accord pour dire que si Camille est arrivée à ses fins en se mariant avec Honoré, c’est parce que leur amie d’enfance, Emma est morte en mer...
Dès le début, Jean-Blaise Djian distille un certain malaise, d’une part chez les villageois qui sont curieux de ce retour et dans le couple lui-même, qui essaie de sauver les apparences. On sent d’emblée que cette réapparition ne sera pas sans lourdes conséquences et deviendra un règlement de comptes avec le passé.
Nous sommes en 1852 et Mademoiselle Hortense, la vieille institutrice apprend avec effroi le retour de Camille, car cette dernière connaît un secret qui, si elle parle, pourrait bien mettre un terme à l’école Capucine. Elle décide d’utiliser pour la première fois son pouvoir afin d’échapper à l’intrigante Camille...
Jean-Blaise Djian mène avec brio cette histoire, basée sur les souvenirs et le présent grâce à la magie d’Hortense, qui a le don de faire revivre le passé... et le changer ? On retrouve Honoré adolescent et sa fougue passionnée, bien contrebalancée par ses sentiments plus mesurés d’adulte. Les personnages sont complexes et bien cernés, beaucoup de questions se posent à la fin du premier tome, avec des révélations édifiantes dans le second.
Le style de Vincent n’est pas sans rappeler celui de Régis Loisel, bien qu’il garde un univers qui lui est propre. Beaucoup de rythme et de fluidité dans ses planches renforcent cette quête de vérité et d’honnêteté qui hante les pages. Les personnages sont très expressifs, que ce soit dans leur visage ou dans leurs mouvements et il ne cesse d’étonner par l’originalité de ses vues.
Quant à Delf, elle complète cette série réussie avec ses couleurs subtiles et maîtrisées qui donnent un côté mystérieux, lumineux ou inquiétant suivant les scènes.
Bâtie d’une manière classique pour une bande dessinée, l’histoire porte toute l’originalité et tiendra les lecteurs en haleine jusqu’à la fin, avec les dessins de Vincent, dynamiques et expressifs.
Une belle aventure entre enquête, sorcellerie, sentiments et secrets, le tout ayant pour cadre... la Bretagne !

JPG - 37.7 ko
JPG - 30.9 ko

La bande-annonce de L’école Capucine

Tome 1 : Venin de village
Tome 2 : L’héritier

L’école Capucine de Jean-Blaise Djian (scénario), Vincent (dessin) et Delf (couleur).
Editions Vents d’Ouest, Hors Collection, 13€90.

Le site de Vincent



Portfolio

Commentaires

Recherche
Lettre d'information
generaliste_180x150
Nuage de tags
Livres Alapage